La perfidie du nationalisme arabe, l’intelligente politique israélienne & le travail de sape rafidite iranien

La perfidie imbécile du nationalisme arabe, l’intelligente politique étrangère israélienne, le travail de sape patient et résolu rafidite iranien

[…]

Alors que les pays arabes du Moyen et Proche Orient semblent s’agiter pour faire face à l’expansion chiito-iranienne, il y a des tendances lourdes dans l’histoire de la géopolitique de la région qui semblent, elles, ne pas changer.

Sous l’impulsion de MBS[1] et de MBZ[2], le rapprochement avec l’État hébreux se fait au grand jour désormais, bientôt plus besoin de contact secret, les relations amicales et chaleureuses vont (enfin) pouvoir se faire sans ”schizophrénie”.

Déjà considérée comme des ikhwans déviants à détruire, la résistance islamique palestinienne sera (très) bientôt considérée comme du kharijisme (?) en révolte illégitime contre l’État d’Israël et ses bons gouverneurs oulat al oumour…(Cf, dernière paroles du Mufti!.

Le vice de la manipulation que les sunnites vont aujourd’hui affronter, c’est de les voir mobilisés contre les rafidas pour la plus grande maslaha de l’excroissance occidentale en terre islamique -israël-. Sous prétexte que les rawafids sont ce qu’ils sont, alors nous devrons être du côté israélien…

C’est ce qui nous sera bientôt dit, c’est le choix qui nous sera bientôt imposé… Car nos oulat al khoumour sont bien entendu des ardents défenseurs du sunnisme… Il suffit de voir l’immense pertinence islamique de la politique de Mohamed Ben Zyad, Sissi et MBS !

Un triomphe historique pour l’islam et le Sunnisme ! Machaa Allah ! Zenki, Noureddine, Salahdine Ayyoubi, Malik Baybars ou Sayd dinne Qotoz et Youssef Ibn Tachfin, ce sont des ”rigolos” devant ces trois là…

Cela alors que le sunnisme est en voie de disparation physique en Syrie et en Irak, sous leurs propres yeux et grâce à eux (ils n’ont sorti leurs avions de chasse américains que contre Daesh…) et qu’au Yémen, Zaydites ou sunnites, de toute façon, tous endurent une situation catastrophique avec la faim comme fin.

Cela sans parler du fait que l’islam est en voie de sécularisation (libéralisation-laïcisation) chez eux. Malgré cela, ils vont oser se proclamer défenseurs du sunnisme contre le rafidisme… pour le bien du sionisme ! Et certains de leurs serviteurs sans cervelles le clament déjà. Les récentes déclarations contre le Hezbollah au Liban semblent être sorties tout droit de la bouche d’enfants jouant à la guerre sur jeux-vidéo.

Le conflit au Yémen n’est même pas achevé, un bourbier dans lequel des milliards de Dollars sont engloutis pour un résultat proche du zéro absolu, cela contre quelques milliers de houthis en sandales à l’armement disparate. Un axe emirato-saoudien, disposant de crédits illimités et d’armements dernier cri, faisant plus la guerre à des civils qu’à autre chose…

Malgré l’enlisement, on cherche à allumer le feu au Liban. Pourquoi ? Car on a peur de l’Iran (on le jalouse en réalité), un Iran qui, patiemment et ardemment, a longuement travaillé pour voir le succès de leur ”islam”. Eux, c’est qu’ils y croient à leur rafidisme, contrairement à nos houkams ”sunnites”…

Dire qu’il y a 20 ans, l’Iran était isolé; le voici au Yémen, en Irak, en Syrie, au Liban, bientôt puissance nucléaire, le tout sous embargo américain (économiquement et socialement: on ne vit d’ailleurs pas moins bien en Iran que dans les pays ouverts aux capitaux américains, bizarre bizarre !), avec une puissance réelle et des alliés puissants qui s’impliquent (Russie) et qui partagent leur vision du monde…

En réalité: tout ce que rêve d’être et de faire l’Arabie Saoudite, l’Iran semble le réaliser ! Car ils se sont donnés les moyens au service exclusif de leurs idéaux et croyances. Selon toutes les analyses sérieuses, le sunnisme est dans une situation géopolitique préoccupante voire désastreuse, le chiisme en position de force, le sionisme n’a jamais été aussi sûr de lui-même, les occidentaux continuent leur jeu centenaire, la Russie a mis définitivement son pied dans la région (et personne ne l’en sortira).

Les sunnites, dindons de l’immense farce, auxquels on va bientôt dire qu’il faut se battre pour les intérêts d’Israël contre l’Iran et le Hezbollah…. Incroyable mais… pourtant vrai…Chez les sunnites : Stratégie 0, plan 0, logique 0, intérêts 0 et résultats 0 ! Contrairement à tous les autres acteurs.

En effet, on ne peut pas en dire autant pour les USA, la Russie, l’Europe, les chiites ou les Juifs… Alors que si l’on se tenait à la théorie islamique sunnite classique, celle qui débordent des livres de nos fouqahas parmi les salafs et leurs successeurs, il aurait mieux valu véritablement soutenir les rébellions sunnites en Irak, Syrie anti alaouite et anti chiite.

Ouvrir un large front sunnite au Yémen pour lutter contre les rafidas et construire une politique pro chrétienne (Palestine/Liban/Syrie) dans le but d’affaiblir la capacité de nuisance de l’État hébreux; voilà une stratégie islamique sunnite qui aurait tenu doctrinalement et géopolitiquement la route.

Bien entendu cela s’ils avaient vraiment suivi la voie des sunnites et qu’ils avaient pour véritable but de défendre les intérêts des gens de la sunna (ou qu’ils soient vraiment sunnites pour certains d’entre eux !).

Il y a presque un siècle, les anciens émirs arabes de la région étaient, pour beaucoup d’entre eux, des idiots et des naïfs qui se sont faits duper par les promesses vicieuses du monde occidental. Ils étaient pourtant entiers, croyaient à la parole donnée, ils avaient un minimum de sens de l’honneur et ils étaient parfois (trop) bienveillants, très optimistes, (on exagère mais on résume).

Or, ils n’ont finalement été que des pantins, des marionnettes, des jouets dans le Grand Jeu dont ils ne soupçonnaient même pas les règles, même s’il y avait, quand même, de la sincérité chez eux et une certaine logique dans leurs politiques générales.

Comme l’émir Faycal (en image), le bon et loyal petit soldat de sa majesté britannique (à l’insu de son plein gré !), le compagnon de Laurence d’Arabie, (qui avait des remords à le trahir mais le trahissait quand même).

Cet émir pensait concrétiser le rêve arabe, il a concrétisé le rêve sioniste et européen, (au moins c’est déjà ça de réaliser…), affable et aimable envers l’Occident et les tenants de l’hypothétique projet – à l’époque – de foyer national juif qui, quant à eux, posaient, patiemment, méthodiquement, leurs pions comme Chaïm Weizman demandant d’une main, en 1918 en Palestine au ”Roi des Arabes”, ce qu’il allait prendre par la force de l’autre en déclarant :

NOUS DEMANDONS LA POSSIBILITÉ DE NOUS INSTALLER EN PALESTINE ET, QUAND NOUS SERONS LA MAJORITÉ, NOUS EN RÉCLAMERONS LE GOUVERNEMENT.

(en sommes c’est ici la vraie taqiya, version juive, dont les milieux droitiers nous accusent aujourd’hui en France…Quand on ne peut pas s’en prendre aux puissants, on se venge sur les plus faibles, logique de lâche bien française).

Aujourd’hui, on ne peut plus accuser d’imbécillité, d’idiotie ou de naïveté ces émirs/rois et présidents, certes ils le sont plus que jamais, mais on ne plus les excuser par une ignorance des enjeux de la politique internationale.

Non, ils font leurs choix en toute connaissance de cause, ils savent pour qui et pourquoi ils le font, il n’y a aucun intérêt islamique dedans, que des intérêts purement privés, et ils imposent leur politique à la oumma ou ce qu’il en reste.

L’évolution du jeu des alliances met en évidence, le principal mal qui touche notre ère islamique : nos dirigeants partagé entre l’idiotie et la naïveté des premiers, la faiblesse et la lâcheté des seconds et en définitif, pour notre plus grand malheur, le vice et la traitrise des gouverneurs 3.0, poursuivant notre longue nuit colonial et post-colonial, matérialisé par l’évolution de notre rapport avec Israël :tantôt idiot utile, puis piètre adversaire pour finir en allié franc et assumé.

Notons l’ironie que prend la presse israélienne, soulignant – avec une satisfaction non dissimulé – l’étonnant mais néanmoins logique retournement d’alliance (de veste) de l’Arabie Saoudite vis-à-vis d’Israël :

Israel has no better ally than Saudi Arabia /
“Israël n’a pas de meilleur allié que l’Arabie Saoudite”[3]

Et peut même se gausser du passé saoudien avec mépris :

Imagine the shock of Abdulaziz Ibn Saud, who called Jews ‘treacherous’, ‘fraudsters’ and ‘vagrants’, declared ‘The Jews have no right to Palestine’ and called for a holy war against them, to his kingdom’s current romance with the Jewish state…/

“Imaginez le choc pour Abdelaziz Ibn Saoud , lui qui a dit que les juifs étaient des traîtres, fraudeurs et errants, et qui a dit que les juifs n’avaient aucun droit en Palestine, et qui a appelé à la guerre sainte contre eux, [imaginez sa réaction] quant à la romance actuelle de son royaume avec l’État juif…”[4]

 

Aïssam Ait-Yahya


 

[1] MBS fait référence au prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman
[2] L’acronyme MBZ à Mohamed Ben Zayed, prince héritier d’Abu Dhabi.
[3] https://www.haaretz.com/opinion/1.822797
[4] https://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.823882

Commandez l’ouvrage :

Ideologie



Recevez nos derniers articles directement sur votre boite mail :


  1. Jughurtha

    Salam Aleyka wa rahmatoulah wa barakatu

    Excellent article comme d’habitude. Vos analyses et votre pertinence méritent toute notre attention et notre reconnaissance pour votre travail.

    J’ai juste quelques 2 questions:

    Qu’entendez vous d’une part par ” construire une politique pro chrétienne (Palestine/Liban/Syrie) dans le but d’affaiblir la capacité de nuisance de l’État hébreux ”

    D’autre part, que pensez vous concrètement de la guerre au Yémen et notamment des protagonistes ? Quel camp doit on soutenir nous sunnites orthodoxes ?

    (Concernant les chiites du Yémen, il me semble qu’il ne sont pas de tendance Rafidites mais plutot Zaydites et que selon certains savants sunnites le Zaydisme représenterait la 5ème école sunnite. Une alliance sunnite-zaydite est elle possible)

    Jazak Allahu khayran

Laisser un commentaire

*