Le changement…

[…]

Ibn Al Qayyîm (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit dans son livre : « Al Fawâ’id » :

« Lorsque les gens se sont écartés du jugement du Livre (« Al Kitâb ») et de la Tradition (« As-Sunnah »), et de prendre ces deux sources en tant que juge [dans leurs affaires], puis ils ont cru qu’ils ne pouvaient pas se contenter [uniquement] d’eux et se sont tournés ensuite vers les opinions, le raisonnement analogique (« Al Qiyâs »), l’approbation (« Al Istihsân ») et les paroles des doyens (« Chuyûkh »), alors s’est présentée à eux une corruption de leur disposition naturelle (« Al Fitrah »), puis une opacité dans leurs cœurs, ensuite un trouble dans leurs pensées et enfin une annihilation de leurs raisons.

Ces affaires se sont généralisées et les ont terrassées jusqu’à ce que le jeune enfant grandisse [dans ce contexte] et que la personne âgée y vieillisse sans que tous les deux ne voient cela comme blâmable !

Ainsi, un autre État (« Ad-Dawlat ») est apparu où les innovations ont remplacé les Traditions Prophétiques ; l’âme charnelle s’est substituée à la raison ; la passion a pris la place de la droiture ; l’égarement a remplacé la bonne direction ; le blâmable a remplacé le convenable ; l’ignorance a remplacé la science ; l’ostentation a remplacé la sincérité ; le Faux a remplacé la Vérité ; le mensonge a remplacé la véracité ; la duplicité a remplacé le conseil sincère ; et l’injustice a remplacé la justice.

Cet État, avec ces affaires-là, s’est bâti et a prédominé. Quant à ses gens, ils sont ceux qui ont été mentionnés. Pourtant, auparavant, la situation était inverse, et les gens étaient ceux qui ont été indiqués.

Ainsi, si tu vois un qu’un État, avec ces affaires-là, est arrivé, que son étendard s’est dressé, et ses armées ont été levées, alors, par Allah, sache que le ventre de la Terre est meilleur pour toi que son dos ; [sache que] les cimes des montagnes sont meilleures [pour toi] que les plaines et les vallées ; et [sache que] la fréquentation des bêtes sauvages est plus saine et sauve [pour toi] que la fréquentation des hommes !

La terre a tremblé… le ciel s’est assombri… la corruption et le désordre sont apparus sur terre et dans la mer à cause de l’injustice des débauchés. La bénédiction s’est envolée. Les biens ont diminué [et se sont amenuisés] et les bêtes sauvages sont devenues décharnées et chétives. La vie est devenue sinistre du fait de la débauche et de la dépravation des gens iniques.

La lumière du jour et les ténèbres de la nuit ont pleuré à cause des turpitudes et des vilenies accomplies ainsi que des actes infâmes et des atrocités perpétrés. Les Nobles Scribes et les Anges qui se relaient la nuit et le jour se sont plaints à leur Seigneur des innombrables perversités et de la domination des choses blâmables et abjectes.

Par Allah ! Ceci est un avertissement [de la venue] d’un torrent de châtiments dont les nuages [à l’horizon] se sont déjà amoncelés ainsi que l’appel d’un fléau [à venir], proclamé de nuit, dont les ténèbres ont été signalées.

Écartez-vous du parcours de ce torrent par un repentir sincère aussi longtemps que celui-ci est possible et que sa porte ouverte. Mais, c’est comme si vous êtes au pas de la porte et que celle-ci s’est fermée, le gage a été hypothéqué et le délit s’est accroché.

Allah dit :

{Quant aux injustes, ils sauront bientôt quel revirement ils trouveront.}[1]

Affranchis donc maintenant ta personne car le marché est encore ouvert, les prix sont affichés et les marchandises sont [toujours] bon marché. En effet, un temps viendra où ne parviendra plus sur ce marché que d’infimes marchandises et il ne sera plus approvisionné ni fourni.

Allah dit :

{Voilà le Jour de la Grande Perte.}[2]

Allah dit :

{Le Jour où l’injuste se mordra les deux mains et dira : « [Hélas pour moi !] Si seulement j’avais suivi le chemin avec le Messager ! Malheur à moi ! Hélas ! Si seulement je n’avais pas pris « untel » pour ami ! Certes, il m’a égaré loin du rappel [i.e : le Coran], après que celui-ci me soit parvenu. » Et le Diable déserte l’homme [après l’avoir tenté]. Et le Messager a dit : « Seigneur ! Mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose délaissée ! »}[3]»[4]

(Fin de citation)

‘Issâ M. Petit


[1] Sourate : Les poètes : 227
[2] Sourate : La Grande Perte (64) / Verset : 9
[3] Sourate : Le Discernement (25) / Versets : 27 à 30
[4] Note du traducteur :
Quiconque médite les versets cités ici par Ibn Al Qayyim réalisera la pertinence de ceux-ci et cela d’autant plus lorsqu’on replace ces versets dans leur contexte et surtout la trame de la sourate desquels ils ont été extraits. En effet, dès le verset 17, Allah nous alerte sur « ce Jour [de la Résurrection]… » et le rappel de celui-ci ne cesse ensuite d’être répété et réitéré telle une litanie liturgique afin d’éveiller les consciences et réveiller les cœurs sur les affres de ce jour… Allah dit :
{Et le jour où Il les rassemblera, eux et ceux qu’ils adoraient en dehors d’Allah, Il dira : « Est-ce vous qui avez égaré Mes serviteurs que voici, ou ont-ils eux-mêmes perdu le sentier ? »
Ils diront : « Gloire à Toi ! Il ne nous convenait nullement de prendre en dehors de Toi des patrons protecteurs mais Tu les as comblés de jouissance ainsi que leurs ancêtres au point qu’ils en ont oublié le livre du rappel [i.e : le Coran]. Et ils ont été des gens perdus. »
Ils vous ont démentis en ce que vous dites. Il n’y aura alors pour vous ni échappatoire ni secours [possible]. Et quiconque des vôtres est injuste, Nous lui ferons alors goûter un grand châtiment. »
Et Nous n’avons envoyé avant toi que des Messagers qui mangeaient de la nourriture et circulaient dans les marchés. Et Nous avons fait de certains d’entre vous une épreuve pour les autres. Patienterez-vous donc ? Et ton Seigneur demeure Clairvoyant.
Et ceux qui n’espèrent pas Nous rencontrer disent : « Si seulement on avait fait descendre sur nous des Anges ou si nous pouvions voir notre Seigneur ! »
En effet, ils se sont enorgueillis en eux-mêmes et ont dépassé les limites de l’arrogance. Le jour où ils verront les Anges, ce ne sera pas une bonne nouvelle, ce jour-là, pour les injustes, ils (les Anges) diront : « Barrage totalement défendu ! »
Certes, Nous avons considéré l’œuvre qu’ils ont accomplie et Nous l’avons réduite en poussière éparpillée. Les gens du Paradis seront, ce jour-là, en meilleure demeure et dans un plus beau lieu de repos.
Et le jour où le ciel sera fendu par les nuages et qu’on fera descendre des Anges, alors ce jour-là, la vraie Royauté appartiendra au Tout Miséricordieux, et ce sera un jour difficile aux infidèles.} (Sourate : Le Discernement (25) / Verset : 17 à 26).
A travers ces quelques lignes, nous ne pouvons que conseiller la lecture des livres : « Masâ’id An-Nazar Fîl Ichrâf ‘Alâ Maqâsid Al Qur’ân » et « Nuzam Ad-Durar Fî Tanâsub Al Âyât Was-Suwar » de l’éminent savant Al Biqâ’î qui constituent des références incontournables pour quiconque souhaite comprendre les finalités des sourates du Coran, méditer sur leur parfaite harmonie les unes à la suite des autres et être subjugué sur le parfait agencement divin des versets qui constituent ces sourates.

Commandez l’ouvrage :

Ideologie



Recevez nos derniers articles directement sur votre boite mail :


  1. Momax

    Assalam alaykum

    Beaucoup de sens mais qui peut comprendre…avec les temps qui courent la poésie sera t elle la seule voie du partage d’idées.
    Un hadith nous enseigne que si Jérusalem devient florissante. ..la prochaine étape sera la Malhama. ..

    Jerusalem officiellement capitale et prochainement capitale économique mondiale des monnaies électroniques après qu’une Medine soit devenue misérable ….je vous invite avec votre plume cette fois d’inviter les croyants à se préparer à l’inévitable. ..peut être qu’une fuite temporaire vers “les montagnes” sera la seule issue favorable en attendant un renouveau glorieux pour les pieux ….les véridictes. ..
    Et seul Allah est savant

Laisser un commentaire

*